jeudi 21 décembre 2017

THE QUEBECOR EMPIRE (TOME 2 , 2007 )

Pierre Péladeau (1996)


The empire Quebecor and Pierre Péladeau 10 years later! 
PART 2 - DECEMBER 24, 2007)
By Bernard Bujold

Author's Note 

Pierre Péladeau was a mythical character. Like all myths, there is a part of truth and another of mirages and mirrors. Peladeau knew and he often said: "Life is the theater, I'm an actor and stage is my business. I would rather be a real actor, film for example. I would have liked to be Marlene Dietrich! " 
I remember this conversation in particular because he asked me to increase the volume of the radio while we walked towards his car parked in helicopter Journal de Montreal. Radio-Canada broadcast a song from the German flagship Péladeau and sang with the radio. He told me then that the singer-actress was his idol of his life. Pierre Péladeau liked to tell. He spoke of him sometimes, but most often people who surrounded him. 
There was really no secret except his field of business projects. He spoke never about its business plans before they are made, but, once revealed, then he kept over the place at the forefront in order to convince everyone that were the best! 

________________________________________________ 

All rights reserved December 24, 2007 - Bernard Bujold 

Summary

-Introduction 
-A dream of autumn 
-Chapter 1 - A sweet revenge 
-Chapter 2 - Belief in the immortality 
-Chapter 3 - Rebellion at the Palais - After Pierre Péladeau 
-Chapter 4 - blood ties - Pierre-Karl Peladeau 
-Chapter 5 - The art of fighting - Leaders Quebecor 
-Chapter 6 - Friend or Foe - The hidden feelings 
-Chapter 7 - The love of a woman 
-Chapter 8 - Printing Internet 
-Chapter 9 - The vision of Pierre Péladeau 
-Chapter 10 - Anecdotes and other secrets ... 
-Conclusion


Marlène Deitrich


___________________________

Introduction


A dream of autumn The beginning of the journey It was an autumn morning and the temperature was cool. Pierre Péladeau had slept pretty well but he had a strange dream. His father asked him the toast for lunch and he could not find the grid to place it on the stove. But his mother, Elmira, was sitting at the table and buttering her slice of toast, looking glass milk, put the empty plate in front of her husband! 

The father of Pierre Péladeau, Henry, died one day fall and bankruptcy of the latter had considerably reduced the lifestyle of the family. Pierre was raised in a home more comfortable than its neighbors and the driver was driving often at primary school in Outremont. Since the financial problems, and especially the disease, he had to go to school by walking. Tomorrow he would go to church. The funeral was set at 10 hours. Pierre had no coat fall and although it was too cold to walk in his shirt, it was too hot to wear a heavy winter coat (Henry died October 4, 1935). 

Pierre had attended a boy his age (10 years) James Wilkinson, a neighbor who lived in the same neighborhood but who died tragically last year of pneumonia. 

This death was terribly sad but Pierre had forgotten. Elmire had continued to maintain contact with the mother of James and a few days before the funeral of her husband, the lady in question had gone to Elmira to offer his best wishes condolence. Pierre's mother had vaguely mentioned that the funeral was causing a problem for his son because he had no coat and had no money to buy one. The ceremony had been paid by his brother, who looked after the family of Henry since her illness but she had not dared to seek help to clothe her younger. James was roughly the same size as Peter. The neighbor gave him the mantle his dead son. 

Pierre Péladeau has often told this story said that having a profound impact. Sometimes, the details changed, but Peter mentioned have always been very humbled. Having had to wear the mantle of another for the funeral of his father. Worse still, there was barely a dozen people who had moved to the church to attend Mass and the descent of the land remains. No employee of the lumber yard had come. Yet Henry Péladeau had often helped financially by paying its employees discreetly bills for many families. His father Peter was a generous man. Why so much indifference to someone who was good for them?

Often, Pierre Péladeau told that it was this humiliation that had motivated his desire to make money. The situation of his father during the last months of his life and the abandonment of friends it had created a kind of rage that will remain with Pierre until his own death in 1997. He kept not live for money but for the passion to impose his idea to other and won the set by becoming the owner of the business negotiation. He became so respected and powerful. He also liked to convince pleasure. A sort of magician who knew read the thoughts of his companion, understand its strengths, weaknesses and especially to seduce and get them to follow. "If you can discover the weakness of another, you have an advantage in negotiating. Is the person in front of you is motivated by sex, fame and cash? If you know this information, you can deliver what he wants and in exchange have what you want you get. Nine times out of ten something will work and you will control your opponent. " 

Pierre Péladeau obtained satisfaction to physical control. The pride of imposing his ideas had probably cancel the pain of humiliation suffered in 1935. 

______________________________ 

Photo site LeStudio1.com: Elmira Peladeau, Peter and Marlene Dietrich



Elmire et son fils Pierre Péladeau




_________________________________


Chapter 1 

A sweet revenge and an empire is born 

Pierre Péladeau managed in December 1997 when he died, a company which employed over 34 000 people and whose turnover amounted to $ 6.3 billion and net income to $ 146.8 million. The company he had founded Quebecor Inc.., Consisted of three entities complemented at the level of activities. 

The first division, and one that was the basis for starting the Empire Communications Quebecor inc., Which met with the newspaper Le Journal de Montreal formed the central point. The profits were not huge (revenue $ 439 million in 1996) but the visibility was significant. The power held by Le Journal de Montreal served to open many doors in terms of business and politics and create a respect around Pierre Péladeau as an entrepreneur. 

The second division of the empire was the section of pulp and paper, Donohue Inc.. (revenues of $ 1.6 billion in 1996). The rumor was that Robert Bourassa had done a favor to Péladeau by selling plants Donohue who belonged to the Government of Quebec ($ 356 million February 20, 1987). Quebecor, this acquisition was to give impetus to activities and above all ensure a steady supply of paper for newspaper group. Peladeau became its own provider no longer to apply, sometimes in a position of weakness, other manufacturers in times of shortage paper. 

But it is the third entity that had an empire of Quebecor World. Quebecor Printing Inc.. (revenues of $ 4.2 billion in 1996). The first consists of a few presses used to print publications homes Quebecor, the outbreak occurred from the death of Robert Maxwell, November 5, 1991. 

The famous Robert Maxwell 

In 1987, Peladeau had agreed to partner with Maxwell at the invitation of Vice-President for Quebec to the Bank of Nova Scotia, Andre Bisson. The owner of the Daily Mirror of London (circulation of nearly 4 million copies) was seeking a supplier of paper and wanted to install a plant in North America. The association with a Canadian company was essential legal terms for Maxwell while Peladeau was heavy debt Donohue and he sought a partner to share costs and above all the risk. Maxwell became the partner after negotiations that Peladeau described as spectacular and he often told anyone who would listen. The shouting matches between him and Maxwell Ritz Hotel would have been a feat of war and they were in the forefront of the conference that the tycoon pronounced Quebec. Maxwell had agreed to invest $ 156 million in exchange for only 49% of the shares then he demanded 51%. 

Robert Maxwell was a character larger than life. He was born in Hungary June 10, 1923, which placed him in the same generation as Pierre Péladeau. Maxwell had originally had a military career in 1940 with the British Army when he enlisted as a soldier abroad. There fought until the release of May 4, 1945. 

At his birth, Robert Maxwell had to name Jan Ludvik Hoch and he was raised in a poor Jewish family. During the occupation of its region of origin by the Third Reich, he managed to escape but his family was exterminated. By obtaining the latest British citizenship, it will change its name to Robert Maxwell. 

Maxwell was proud of his exploits in the army but his second career who made a citizen known worldwide. In 1944, he married Elisabeth Meynard (Betty Maxwell) he had met during the war, she was a nurse. They settled in London, his new adopted city, where he used his connections to create various sales companies. He published among other scientific journals of specialized German publisher Springer Verlag at a time where it was forbidden to this editor to make his own name. Taking advantage of the success of this operation, in 1951 he bought the small publisher Pergamon which was the basis of his empire. Maxwell Pergamon was for what was the Journal de Montreal Pierre Péladeau. This similarity has also helped bring the two men when they met to negotiate a partnership Donohue. 

In the case of Maxwell, it is internationally active in the sale of encyclopedias and journals that he managed to make money quickly and develop as a publisher Pergamon important. He made politics, as a Labor MP in the British House of Commons from 1964 to 1970, but he was not reelected. He blamed his manners abrupt and arrogant. 

Maxwell scored his company public, but he quarreled with shareholders so that in 1969 he lost control of the company. He later used his Maxwell Foundation to regain control in 1974. Subsequently, in 1981, it bought the British Printing Company to create the group Maxwell Communications Corporation. That's when he bought group publishing the British newspaper The Daily Mirror and the publisher Reed International. 

In 1987, he was at his peak and he had many interests in various activities, mainly in the media field. He acted as the flagship of his empire and he often wrote his texts in newspapers including The Daily Mirror. There was even a partner of Francis Bouygues in the proposed privatization of the French television channel TF1. They say he became a friend of François Mitterrand. 

Throughout his career as a businessman, Maxwell was perceived to be a leader with aggressive practices and sometimes to the limit of legality. He ran his empire by questionable financial criteria and lacked financial stability. During his lifetime, Robert Maxwell has always silenced the critics with his power in the media world and the art of concealing the truth. He was a skillful liar ... 

When Pierre Péladeau teamed up with Maxwell in the spring of 1987, it was an owner release important and respected, but the situation began magnate London to decline and show signs of weakness. It is the failure of The European newspaper launched in 1990 which brought down and forced to sell the Maxwell Pergamon Elsevier group. He took advantage of the funds to buy the New York Daily News that Péladeau admired, but journalists began investigating a possible embezzlement of pension benefits of employees of his companies. Quebecor executives had also started to be uncomfortable because Maxwell did not pay their accounts to purchase paper with Donohue. He said being a partner and he proposed agreements to continually defer payment of amounts due. 

At age 68, November 5, 1991, Maxwell was dropped from his yacht while he was off the Canary Islands. His body was found floating in the Atlantic Ocean partially eaten by fish. Although the official cause of his death an accidental drowning, many talk about murder or suicide. Among the many rumors we heard that he was a Mossad agent. He was killed as he sought to recover the money he had lent the Mossad. The Israeli secret services have declined and they have eliminated lest Maxwell unveils the public square of many secrets. 

It was the opinion of Pierre Péladeau who had announced the death of Maxwell. Immediately, his reaction was to declare myself: "They pushed him overboard. He played with very dangerous people who will stop at nothing. " 

Companies of Robert Maxwell did not survive and they went bankrupt which proved a bribes whatsoever for Quebecor, which could well redeem the shares in partnership with Maxwell and what a rates. In 1990, Quebecor Printing were associated with Maxwell Graphic. In 1991, when financial difficulties of the Maxwell empire, all activity was fused at Quebecor. It could even be argued that through this transaction as Quebecor Printing is able to begin their global expansion through the acquisition of particular participation in the 16 factories of Maxwell Graphics installed in the United States. 

Maxwell's misfortune will have the chance to Quebecor! 

Upon the death of Pierre Péladeau, consolidated revenues of Quebecor Printing reached U.S. $ 3.1 billion (1996) for a net profit of U.S. $ 126.3 million and a total of 30 000 employees. In 2002, we reach the peak of 40 000 employees. Today in December 2007, Quebecor Printing is in great financial difficulties. The action which has already been traded at around $ 40 in 2002 sells for less than $ 2 each and the debt of Quebecor World is over of $ 2.4 billion. The company possesses more than 120 plants and has 29 000 employees. Revenues in 2006 reached U.S. $ 6.086 billion to net income of $ 28.3 million. Consolidated revenues for the first nine months of 2007 were $ 4.17 billion, compared with $ 4.47 billion for the same period in 2006. For the first nine months of 2007, Quebecor World reported a net loss from operations of $ 374 million, compared to a profit net $ 19 million for the same period in 2006.

Quebecor Inc. became the king of the Internet through its subsidiary Videotron, but the printers are in agony. In a sense, it's back to square one and the brilliant stroke had done Pierre Karl Peladeau in February 1995 in France with the acquisition of the group's factories Jean Didier faillitte then, could be repeated but to Quebecor. 

Death Quebecor World 
(Text added January 17, 2008) 

The second largest printer in the world was the work of Pierre Péladeau. Quebecor Printing WORLD, however, were developed by Charles Cavell, a real motivator and one who was really responsible for propelling the company among the world leaders . He retired in February 2003 after 15 years at the helm of the subsidiary. I received several emails from people asking me what Pierre Péladeau think if he were still alive. Some add that he must be turning in his grave (He did not fall because he was cremated ...) 
According to me, the only error committed by direction of Quebecor Printing is not to be sold before the fall of titles and the perception that the apparent defeat of the printing face of the Internet was inevitable. The printing industry is in decline and we may ultimately conclude that this service will become an element of convergence rather than a sector in itself. Quebecor would have to keep printing its newspapers and magazines but to divest its facilities around the world to concentrate in the Internet sector. 
But a business owner does not reduce its power and prestige before being obliged and it is often too late. Only true entrepreneurs are willing to give up in the middle of the game and Pierre Péladeau father was one of them. He had obviously been rebellious at the beginning but once its financial base in place, he has never risked everything on a project and he did not hesitate to quickly close a division if it was not profitable, despite the sometimes contrary opinion of the Directors concerned. I have written elsewhere in this text (see Chapter 4), Pierre Péladeau was a contradiction is because he maintained the myth of the risk-taker go-getter, but in reality it was a very conservative style and it always delayed decision making until the last minute. This had the advantage that after a certain time, 9 times out of 10 the problem had disappeared or had it set for itself. Péladeau however, was very expeditious in the case of a company that does not bring profit At the risk of eliminating too quickly. In the case of Quebecor World the only solution was to sell unless the company is worth nothing now on the stock market! The situation recalls that of Nortel. Commercial companies are like trees. The normal cycle of life includes birth, growth, maturity and inevitably, death. The challenge for an entrepreneur is trying to decide when the end of his business but as they say in a film by Philippe Noiret: "There are a hundred ways to die and we do not always choose which will be applied ..." 


PROJECTS OF PIERRE PÉLADEAU IN TELEVISION 
(Text added January 28, 2008) 

The television was at one time an economic sector as the preferred wholesale and advertising brought the prestige of working there was very productive. Pierre Péladeau loved this area and he saw the acquisition of the TQS network in 1997, a new toy. A sort of birthday present that he had offered to make retirement enjoyable. I was happy too because I always loved the medium of television and he promised me that would amuse the Chief of antenna newsletter TQS. In another life, I was host to a small station area while I was reading the daily news CHAU-TV in Gaspe. It was the heyday! I was 19 years and the company was so unpretentious. This was long before the Internet (1976) and we received our information on a kind of fax tone very noisy which was fueled by a news agency in Quebec. For the weather, I looked outside and before the ballot I improvised! (The worst is that it's true ...) I often spoke of this period with the founder of Quebecor. Pierre Péladeau TQS would develop into a local station and totally Montreal. Does he have succeeded? Probably because he had the financial means and had the sense of convergence. He knew perfectly hotel and the entertainment industry. He even made the first steps to hire Marcel Béliveau, who created the concept of Surprise On Receptacle, as Director General. Malheusement Pierre died before putting his ideas into execution. Marcel Béliveau was never hired, any more than I do as an anchor ... Today in 2008, when I pass the offices of the TQS television network, located at 612 St-Jacques in Montreal, it reminds me a lot of memories. Sometimes I think that the building must be evil because two companies that live there (TQS and Quebecor World) are in serious financial difficulty, if not bankrupt. The case of TQS is sadder still that Quebecor World as it is a small organization that normally would have run well and they achieve in the market. I do not really know what to say when we wonder why these financial failures? Much of what had touched Pierre Péladeau and turned into gold now becomes sand dust. For those who believe in ghosts, you might see a message from beyond from the former tycoon Quebec. Moreover, a giant photo of Pierre Péladeau you look when you enter the lobby of the street St-Jacques ... But it is better to believe that this is how life goes. Time passes and with the passage go institutions and creative people of the time, Bronfman, Steinberg, Hollinger, etc.. Good luck to new projects in 2008 as they will for a time, the pillars of their time! Unless you prefer ghosts? Note: TQS has been sold by Quebecor in 2002 when the company acquired competitor TVA (Videotron). _____________________________________

Photos Robert Maxwell 

       


Pierre Péladeau at his office 612, St-Jacques in Montreal (1996)

______________________________________________



Chapter 2 

To believe in immortality 
A death foretold 

Pierre Péladeau has lived 72 years (April 11, 1925 to December 24, 1997) and towards the end of his life, even if he never spoke of his death, he often alluded to a life after death. 

He asked his friends to plead and beg him when he died. It might help "because he had all the time in the world." He often prayed his mother and he was convinced that it helped him in many occasions. He loved his father Henry but his mother Elmire he admired and which he attributed to have restored the honor on behalf of Peladeau. For Pierre, the fact that people invoke in their prayers would be a sign of respect and just a kind of eternal revenge for the humiliations of his youth. 

Pierre Péladeau did not spare his health and he never watched his diet. He swam every day but rather to reduce the annoyance to his physical condition. He hated the loneliness and he loved having guests at home. It is often compared his residence at an inn so there was a comings and goings of visitors and strangers. This has also posed difficulties for children in the family of Pierre disliked the lack of intimacy. 

Péladeau loved to hear a constant background noise in places where it was like to reassure him that it was not alone. While we were visiting in Baie-Comeau, where he owned enterprises, he entered the lounge of the hotel Le Manoir and he looked toward the television. He said: "It's amazing the life that this device leads to a room. I like getting into a room where there is noise. In Ste-Adele, I always leave the radio on and when I arrive, I mean life in the room. I hate silence. People like that but I am not able! " 

He was the youngest athlete in tennis but alcohol had considerably damaged his body and he knew it. He had stopped drinking in 1972, He was replaced by that he loved coffee black, without sugar or milk. He loved the sugar but in desserts. He gorged himself often ice cream or fruit pies. But he liked his coffee black! 

One day he invited me for the weekend, my friend and I had brought him a dozen varieties of ice cream Häagen Dazs. He was eager to go and hide in his freezer jokingly that would certainly try to steal ...

One could say that the death of Pierre Péladeau was a death foretold. On several occasions, I witnessed his physical weaknesses, but he never wanted to admit his problem. He often seemed on the verge of collapse and he asked to sit and have coffee to go.

Once he had a weakness just before a conference in a hotel on the south shore of Montreal (The Association of Motorcycle Clubs snow in Quebec). I thought he would die on the spot But he answered and he said he had nothing except a slight heat. Another time, in October 1995, we were in the helicopter towards Lac Megantic for a conference on a Saturday evening. The pilot had difficulties because of strong winds of autumn and 5 passengers, all employees of Quebecor, were afraid of crashing. Peladeau joking with us but I noticed he left his pocket, every 5 minutes, a small plastic bottle containing the Nitro for his heart. He repeated this action several times until landing. After landing, he smiled and joked over fine but I noticed his inner fear. 

Quebecor owns two helicopters with a very modern model (Long Ranger IV 206-L4) but during the trip to the Eastern Townships, we still had the first machine that had The helicopter was used by Bush and Donohue that Quebecor had purchased for the use of the company. The machine, BELL-IV model 206-B, was old and one of the doors opened at times when we were in flight. Luckily we had seatbelts ... 

A firearm 

Another anecdote was reported that the physical aging of Pierre Péladeau was the afternoon that we spent shooting in the center of the Montreal police in the fall of 1996. 

Peladeau had several firearms in his home in Ste-Adele, and he had even been photographed in the magazine Monday with a shotgun beside his bed. He also had an old German Luger and said sleep with weapons at hand. But personally, I'm not even sure if the ammunition was still available for this antiquity. Anyway, someone had gone into the house in Ste-Adele had stolen the gun and he asked me to find another gun to protect themselves from thieves. 

We wanted to be within the law the most complete and we asked the Police Chief of Montreal, Jacques Duchesneau, to help us in the process. The latter had explained the process for obtaining a permit and we were even invited to buy the gun with the gunsmith police to act as an intermediary. The chosen weapon was a pistol for women who slips into a handbag. A white enamel with a small silver gun metal whose official name is "Back Up DA caliber 380." 

Jacques invited us to come and try the weapon at the gun club on Wellington Street. As Pierre became familiar with his purchase, Duchesneau had invited me and the pilot and a lawyer that Peter wanted to engage, to try a real gun from a policeman. He began by making us a firing demonstration assured us that it was better not to attack. Jacques could draw like in the movies! The pilot, a lawyer and I've missed the target ... 

During our shooting session, Pierre, who had remained in his corner, "cried Jacques to come because" it does not work this patent. He preferred his former Luger ... In fact, it does not work because Pierre Péladeau lacked the physical strength required to initiate the small hand gun. Jacques looked at me and very low voice he said: "It is better that the bandit is not too big for Mr. Peladeau will not do him much harm ..." Pierre had felt humiliated and he said he was satisfied that the test and was returning to the office. He never spoke with us about his difficulties in starting the gun. 

The fatal moment 

On the afternoon of December 2, 1997, he came into my office before lunch. It was rather quiet and that he did file a document on my desktop without really discussing. He knew he had an interview with a host of Radio-Canada to 14 hours 30 but he left breakfast walk without her driver and he would return in time for the interview. 

Around 14 hours I was on the phone to complete the list of guests at the concert of the Metropolitan Orchestra was on view in the evening and attended Pierre Péladeau. The director of the Metropolitan Orchestra, Orchestra which was supported financially by Quebecor at various levels, provided us with tickets courtesy of inviting Péladeau people he considered interesting and he liked the company. 

Everyone who works in public relations knows that it is always difficult to compile a complete list of guests and need to contact several people before having enough people. It even has a nickname for individuals in the bottom of the list of names, a "Joker". The "Jokers" are used as replacements for last minute cancellation of an invitation from the top of the list. Always have one or two jokers in the list! 

That evening, Pierre Péladeau was to be accompanied by a friend, an Acadian who worked for a publisher of textbooks. Twenty other people would also go. I have already recounted in detail on several occasions, including my 2003 book (see link on the site), how in the afternoon of December 2, 1997, the secretary had arrived in a panic to tell me that Mr. Péladeau was unwell. I rushed to see it sat motionless in a chair in the small coffee table in his office. 

It was the beginning of the end of King Pierre Péladeau to be in a coma until December 24, when the family decided that there was no turning back outside of sleep. _______________________________________

Photos Pierre Péladeau at his home in Ste-Adele


Pierre Péladeau at home in Ste-Adèle (1996)


_____________________________________



Chapitre 3
La rébellion au palais
Histoire de complot


Guerre de l’empire

Pierre Péladeau croyait aux complots et il craignait toujours de se faire trahir par ses collaborateurs, même les plus proches. Régulièrement il vérifiait leur dévouement par des demandes spécifiques. Un jour il me demanda de lui montrer l’enveloppe qui contenait une centainede reproductions photos que j’avais commandées pour répondre aux demandes des médias.
Il voulait s’assurer que le nombre de photos correspondait avec le nombre inscrit sur la facture. Il regarda dans l’enveloppe et il me dit qu’il voulait simplement vérifier…

Les dirigeants de Quebecor n’avaient pas beaucoup de liberté sur le plan des dépenses à moins d’être en poste dans une filiale. Mais de travailler au siège social signifiait accepter d’être sous la loupe quotidienne du président Pierre Péladeau. Les comptes de dépenses n’existaient pas et ceux qui voulaient soumettre des factures devaient le faire auprès de Pierre en personne. Plusieurs préféraient payer de leurs poches les repas au restaurant ou les memberships de golf .

Cette situation a donné lieu à une sorte d’ambiance festive après sa mort car plusieurs vice-présidents ont commencé à aller déjeuner au restaurant. Je me souviens d’un individu en
particulier qui apportait quotidiennement son lunch dans un sac en papier et qui déjeunait à son bureau. Après la mort du président, il commença à prendre ses lunchs à l’hôtel d’en face et à y inviter ses amis des autres entreprises montréalaises.
Vive le nouveau Roi !

Durant la dernière année de sa vie en 1997, certains dirigeants de Quebecor avaient commencé à parler d’un remplacement pour Pierre que l’on considérait trop vieux et moins énergique.
Il n’était pas d’accord et il organisa la réplique contre les dirigeants en question. On pourrait dire qu’il avait fait avorter une sorte de « putsch ». Plusieurs des dirigeants de la révolte
avaient conclu des ententes pour quitter au début de 1998. Malheureusement, à cause de son  décès, la plupart des dirigeants renvoyés ont pu prolonger leur séjour.


Se méfier de son entourage


Comme l’écrit Donald Trump dans son récent livre :
« En affaires, il faut vous entourer de collaborateurs mais vous ne savez jamais à quel moment ils vont se retourner contre vous.
Vous ne pouvez jamais leur faire confiance entièrement car si les animaux sont des prédateurs pour survivre, plusieurs humains sont méchants parce qu’ils sont jaloux et, dans certains cas,
ils aiment voir les autres souffrir »

Les complots et les campagnes de salissage existent et j’ai personnellement été témoin de plusieurs situations de ce genre lorsque j’étais l’adjoint du magnat Pierre Péladeau.
Nous embauchions d’ailleurs régulièrement des firmes de détectives pour obtenir la preuve de nos soupçons et on nous recommandait de vérifier mensuellement pour des micros d’écoute électronique qui seraient installés dans nos bureaux. C'était avant l'internet. Imaginez ce que ce serait aujourd'hui?

Pierre Péladeau n’était pas le seul qui devait faire face à la trahison de ses proches. La trahison fait partie de la vie en général mais Pierre ne faisait confiance à personne et
il contre-vérifiait toujours l’information qu’on lui transmettait. Une de ses techniques était de demander une même recherche à trois personnes différentes. Il comparait le résultat obtenu et
il découvrait ainsi qui lui avait menti.

Généralement, les responsables de trahison étaient ceux que l'on croyait le plus honnêtes. Parmi les complots découverts chez Quebecor, entre autres, une comptable responsable de la paye
qui fraude la compagnie, un adjoint de la famille qui investit le profit des transactions boursières de la famille dans son propre compte et pour couronner le tout, Pierre Péladeau serait arrivé un jour, sans s'annoncer, à la résidence d'une de ses amantes et il fut surpris que ce soit l'un des hauts dirigeants de Quebecor qui vienne lui ouvrir la porte... en petites caleçons.

Bref, les exemples de trahison ne manquaient pas! Quelle était la solution? "Éliminer les traîtres, lorsqu'on les découvre, et surtout continuer son chemin." disait Pierre Péladeau.

Personnellement, je lui présentais toujours les faits comme ils étaient et Pierre en était venu à me considérer comme quelqu’un qui lui était entièrement fidèle et dévoué. Je lui avais d’ailleurs
fait part du « putsch » et j’avais contribué à identifier les responsables.

Un complot

J’ai cependant dû payer pour ma fidélité envers Pierre Péladeau et après son décès, j’ai immédiatement été la cible d'un complot dont le but était de m’empêcher de travailler, chez Quebecor comme ailleurs au Québec.

Je n’en aurais jamais eu la preuve si ce n’avait été d’une erreur de la part d'un employeur qui a trop parlé et qui a dévoilé le jeu de celui qui me salissait. Lorsque Pierre Péladeau est décédé
le 24 décembre 1997, j’ai immédiatement, dès le 6 janvier, été remercié de mes services par le nouveau président intérimaire, Jean Neveu, qui ne voulait même pas que je sois transféré
dans une filiale. Il voulait que je quitte entièrement le giron de Quebecor. Je lui en ai demandé la raison et il a simplement dit qu’il ne pensait pas que je serais utile à l’entreprise.
On m’a annoncé mon congédiement en plein dans la crise du verglas, dès la première journée après le congé des fêtes,
le 6 janvier 1998.

Pendant un moment j’ai cru que la fin du monde était arrivée.
Il n’y avait plus d’électricité à Montréal et la ville était en état d’urgence, mon mentor
Pierre Péladeau était mort malgré s’être accroché dans le coma pendant un mois, et je n’avais plus d’emploi malgré mon dévouement envers Quebecor et son fondateur.

Lorsque je descendais à pied, dans le noir total de l’escalier de mon édifice résidentiel en hauteur de 8 étages (les ascenseurs ne fonctionnaient plus), je me disais que l’apocalypse ne
pouvait pas être pire et que c’était ça la fin de l’humanité…

J’ai cependant repris mes sens, une fois la situation de la météo et de l’électricité revenue à la normale, et j’étais logiquement convaincu que je pourrais me retrouver rapidement un autre emploi car, en tant qu’adjoint au président de Quebecor, je connaissais tout le Québec Inc. et plusieurs hauts dirigeants m’avaient souvent dit au cours des dernières années qu’ils appréciaient mes qualifications. Certains ajoutaient même être mon ami !

Mais étrangement, plusieurs entrevues prometteuses finissaient toujours par un refus, sans aucune raison valable. Parfois, il me semblait remarquer les éléments d’une sorte de complot contre moi mais sans preuves réelles. Quelques présidents de compagnies me mentionnaient qu’une rumeur négative circulait à mon sujet, dans leurs réseaux, mais personne n’apportait de précisions. J’ai finalement obtenu une confirmation incontournable alors qu’un  ministre du gouvernement de
Bernard Landry m’avait embauché sans que personne ne soit mis au courant en dehors du gouvernement. J’ai commencé mon emploi mais avant la fin de la première journée,
la chef de cabinet me dit en après-midi :
«Bernard j’ai un gros problème. Je viens de recevoir un appel téléphonique de quelqu’un de très puissant au Québec et je ne pourrai pas te garder car sinon on va causer du trouble au ministre. Aucune raison, sinon la crainte de la personne qui a téléphoné. Désolée! »

Il était évident que cette personne en question n’en était pas à ses premières actions négatives contre moi sauf que jamais auparavant, on ne me l’avait avoué ouvertement. Pour la première fois,
quelqu’un m’expliquait la raison pour laquelle il ne voulait pas, ou plutôt ne pouvait pas, m’embaucher. C'était une erreur de sa part d’avoir ainsi admis la vraie raison, mais j’avais enfin une preuve que la campagne contre moi n’était pas une création de mon imagination. J’ai engagé un détective, un ami personnel et ancien policier à la retraite de la Ville de Montréal, pour connaître l’auteur et nous avons découvert de qui il s’agissait, sauf que j’étais beaucoup moins puissant que cette personne.

La poursuite aurait été coûteuse pour moi. Plus de 10 000$ uniquement pour rassembler le dossier d’une enquête par l’agence de détective et des dizaines d’autres milliers de dollars pour les frais d’avocat afin de défendre le cas devant un juge.
Il valait mieux attendre le bon moment pour obtenir une revanche surtout que j’étais en recherche d’emploi. Une amie avocate a négocié une somme de 1 500$ pour ma journée de travail
avec le Ministre.

Comme le mentionne un homme d’affaires célèbre:
«Il faut savoir choisir ses batailles selon nos chances de les gagner!»

Je me suis aussi dit que la vie se chargerait de faire payer ceux qui m’avaient fait du mal.
Le destin est parfois plus juste et plus cruel que toutes les cours de justice…


Pierre Péladeau et l'équipe de son cabinet personnel

____________________________________________



Chapitre 4
Les liens du sang


Pierre Karl Péladeau

Pour Pierre Péladeau, les liens du sangs étaient les plus importants. Il aurait aimé que tous ses enfants soient des succès en affaires et en particulier ses filles. Mais l'homme avait de la difficulté dans ses rapports avec ses enfants et il n’a jamais pu imposer son succès et ses méthodes à ses descendants.

Il devait accepter les qualités et les défauts de chacun de 7 ses enfants, ce qui n’était pas facile pour lui. De plus, les trois ainés, lui reprochaient de façon inconsciente la mort de leur mère, sa
première femme Raymonde Chopin, qui est décédée en Suisse en octobre 1976 à l’âge de 47 ans. Les enfants tenaient leur père responsable même si dans les faits, il avait envoyé sa femme en
Suisse à grands frais, dans une clinique de santé, pour essayer de la guérir.

Pierre Péladeau aimait beaucoup sa famille et il entretenait une étroite relations avec ses sœurs et ses frères. Il les invitait régulièrement à sa résidence de Ste-Adèle. Je l'ai vu un jour taquiner sa soeur et jamais je ne l'avais perçu aussi heureux. Habituellement, Pierre avait toujours une sorte de tristesse dans le regard mais jamais
lorsqu'il était avec sa soeur.

Au niveau de ses enfants, Pierre Péladeau avait beaucoup d’admiration pour Pierre-Karl. Il était beau, énergique et intelligent. Dans un sens, le père se mirait dans son fils, celui qu’il aurait aimé être.  

Pierre-Karl n’a pas été accueilli à bras ouvert après le décès de son père. Je me souviens d’un dirigeant de Quebecor qui était venu me voir après l’annonce de mon congédiement et qui me dit : « Il va y avoir beaucoup de tiraillements. Pierre-Karl n’est pas prêt à prendre la direction et le conseil va le devoir le mâter.
On va l’installer au 4e étage (le 13e étage était réservé aux
hauts dirigeants) et il devra obéir aux ordres. Plus tard, dans
4 ou 5 ans, s’il est compétent, il pourra songer à diriger mais on est loin de ce jour! »
J’ai répondu à mon ami que la haute direction oubliait une
chose : « Les deux actionnaires qui héritent du contrôle sont Pierre-Karl et Érik ».

Ma prédiction s’est avérée exacte. En moins de 15 mois, dès le début de 1999, Pierre-Karl Péladeau est devenu président et chef de la direction de Quebecor inc.. Parmi les actions posées par Pierre-Karl, en tant que dirigeant, il faut noter l’acquisition du groupe Toronto Sun qui fut conclue en janvier 1999. L’achat de  World Color Press au cours de la même année a également été un fait marquant de même que la vente de la participation de Quebecor dans Donohue, en avril 2000 alors qu’Abitibi Consolidated devenait le nouveau propriétaire des usines.

Certains critiquent ces transactions en disant que ce sont ces décisions qui ont amorcé les difficultés financières actuelles de Quebecor. L’acquisition de Vidéotron au montant de 5,4 milliards$, en mars 2000, a forcé la compagnie à s'endetter.
Est-ce que le fils a mal géré l’héritage du père?

Garder les choses simples

Pierre Péladeau « père » avait une seule théorie en gestion: la simplicitié. Il la qualifiait de K.I.S.S. ( Keep it simple stupid). Mais au-delà de la formule humoristique, il demeure que tous les entrepreneurs qui réussissent gardent les choses simples.
Les ventes doivent excéder le coût des dépenses et on doit obtenir un profit au bout de la ligne. Lorsque l’on commence à penser à des formules comme produits dérivés et formules mathématiques de profit à long terme, il y a un risque. Péladeau disait que l’erreur de plusieurs entrepreneurs est d’espérer faire un profit en vendant plusieurs produits à perte mais croire pouvoir se rattraper avec le volume d'échelle. Mille pommes vendues moins cher qu’on les a payées ne pourra jamais rapporter un profit. Les Jean Coutu, Alain Bouchard, Laurent Beaudoin et André Bérard, entre autres, ont tous appliqué une formule simple pour bâtir leur empire.  « Si on fait de l’argent, on continue. Sinon on sort de l’activité. »

Pierre Péladeau disait que la meilleure qualité pour un homme d’affaire est de ne pas penser mais de vendre et faire de l’argent.
« Si tu commences à penser à ceci cela et à faire des plans sur papier pour prévoir toutes les possibilités, tu vas te ramasser avec la peur de faire quoi que ce soit. Il faut faire tourner la machine et vendre chaque produit avec un profit. C’est simple! Jean Coutu fait tourner son inventaire sans penser s’il est un grand pharmacien. Il est un retailer. André Bérard était un bon banquier parce qu’il savait reconnaître les prêts payants. Et lorsqu’il n’y avait pas d’argent à faire, il fermait le compte!»

Péladeau disait aussi qu’il faut savoir s’entourer. Pierre-Karl a fait un succès de Videotron parce qu’il a su mettre en place une équipe qui connaissait bien le secteur de la technologie par câble. Le développement de l’Internet au sein de la société en général aura été aussi pour Quebecor un aidant naturel et on appelle ça le « bon timing ». La réaction des dirigeants de Bell a cependant été la mauvaise en croyant que le nom et la réputation de Bell Canada allait empêcher les consommateurs de les abandonner. Le consommateur d’aujourd’hui est comme les Coutu, Bérard et Péladeau d’autrefois : il est infidèle et il achète en fonction du prix. À service égal, le consommateur choisira le produit le moins cher, surtout si sur le plan de qualité, le service Internet et de la téléphonie est de même niveau d’une entreprise à l’autre.

Qu’est ce qui arrivera avec Quebecor Inc d’ici les prochaines années? Rien n’est éternel et les entreprises sont comme des matières vivantes. Si l’entreprise cesse d’être profitable, elle meurt. Péladeau appellait ça la bicyclette.
« Lorsque tu roules à bicyclette, la pire chose à faire, 
c’est d’arrêter de pédaler… »
La famille de Pierre Péladeau

Bernard Bujold et Pierre Péladeau
_________________________________



Chapitre 5
L’art du combat


Jouer pour gagner

Pierre Péladeau n’aimait pas les compétitions sportives sauf le tennis. Il disait avoir été champion du Québec et il nous en faisait la preuve en nous montrant une photo qui avait été publiée dans l’une de ses biographies, celle de Colette Chabot.

Je suis moi aussi un amateur de tennis et en particulier le tennis professionnel alors que durant les années 1990, DuMaurier était le commanditaire du tournoi de Montréal.

Je me rappelle encore de ce dimanche après-midi, le 30 juillet 1995, alors que nous étions au Stade DuMaurier en couple, Pierre Péladeau et son amie du moment et moi avec la mienne.
Nous regardions le match André Agassi contre Pete Sampras et pour une raison inexplicable, Péladeau avait pris en grippe Agassi et il appuyait Sampras. "Agassi est un voyou avec
ses cheveux longs. Sampras va le laver!"  de dire Péladeau. Sauf que c'est Agassi qui lavait l'autre...

Pierre Péladeau s'est levé au 2e set et il a dit ne pas aimer le match. Il rentrait à Ste-Adèle. J'ai bien essayé de lui faire saluer la blonde d'Agassi, la belle Brooke Shield, qui était assise à nos
côtés, il ne voulait rien entendre. L’amie qui m’accompagnait était renversée par sa réaction!

En 2005, la situation était renversée. Toute la foule du Stade appuyait André Agassi qui allait prendre sa retraite après le tournoi de Montréal. On voulait le voir terminer en beauté.
Malheureusement, c'est Rafael Nadal qui a gagné.
Pierre Péladeau n’était plus de ce monde mais il est bien possible qu’il aurait pris en faveur d’Agassi car il était imprévisible et il aimait les gens qui se battaient pour survivre.
De plus, Agassi n'avait plus de cheveux (crane chauve) et c’est Nadal qui avait l’allure d’un rebelle.
Péladeau détestait les rebelles aux cheveux longs.

Pierre Péladeau n’aimait pas perdre. Je dirais même qu’il était un mauvais perdant. Il agissait comme un enfant et il pouvait vous bouder si vous l’aviez vaincu.
Il a conservé ce trait de caractère jusqu’à sa mort.

La peur dans les yeux

Péladeau disait jouer pour gagner et il était convaincu que tout se décidait dans la façon de penser et de regarder l’adversaire.
« Le pire ennemi d’un homme est son impossibilité à contrôler sa peur et à savoir quand reculer et
quand avancer. »

Pierre Péladeau disait que jamais il n’avait eu peur de regarder quelqu’un dans les yeux lorsqu’il lui adressait la parole, qu’il soit un costaud menaçant ou une simple concierge.

Il racontait souvent l’anecdote de ses marches à Philadelphie (Philadelphia Journal 1977) alors qu‘il devait traverser un quartier malfamé de la ville pour se rendre à son hôtel.
« Je n’ai jamais été emmerdé par les gangs de rue. Si on m’accostait, je discutais avec eux et souvent  je leur serrais la main. »

J’ai  personnellement pu observer Péladeau agir de la sorte alors qu’il y avait une manifestation très bruyante en face du siège social de Quebecor. C’était  en septembre 1993.
Le Journal de Montréal était en lock-out pour le renouvellement de la convention collective des pressiers et le journal était imprimé à Cornwall dans un atelier non syndiqué. On avait assisté à des actes de violence et on avait même retrouvé de la dynamite dans des casiers d’employés du Journal. L’hélicoptère de Quebecor avait été installé ailleurs pour éviter
les actes de vandalisme.

Un midi, on est averti qu’une marche de manifestants va se dérouler en face du siège social du 612 St-Jacques. Le chauffeur était en panique et il dit :
« Monsieur Péladeau, l’heure est très grave. Il va falloir avoir une escorte policière anti-émeute pour sortir du garage sinon on va se faire lyncher. »
Péladeau traita le chauffeur de peureux et il lui ordonna d’aller se cacher dans la cuisine de l’étage avec les secrétaires. Il irait manger en face, seul et à pied.

J’ai vu de mes yeux, Pierre Péladeau sortir par la porte principale de l’édifice et se diriger dans la rue directement vers la foule des manifestants comme si rien ne se passait.

Des gréviste lui demandèrent où il s’en allait comme ça?
« Je m’en vais manger. Vous devriez en faire autant…»
Curieusement les manifestants le saluaient et ils l’appelaient « Monsieur Péladeau ».
Quelques-uns lui offraient même la main que Péladeau acceptait de serrer. Un pressier qui connaissait Pierre lui donna une accolade et il lui dit :  
"Ce n’est pas de votre faute, c’est votre fils Pierre-Karl qui dirige le Journal. Il est moins humain que vous. Vous devriez vous en mêler et venir négocier avec nous. On va régler ça comme durant les belles années.»

Péladeau leur dit "qu’il allait y penser mais pour le moment, il devait les quitter pour aller à son rendez-vous, une nouvelle blonde…"

Pierre-Karl Péladeau fut, quelque temps plus tard, nommé en charge des Imprimeries Quebecor en Europe et un autre dirigeant fut envoyé au Journal de Montréal






_________________________________





Chapitre 6
Ami ou ennemi


Des sentiment cachés

Pierre Péladeau aimait ou n’aimait pas une personne et il ne cachait jamais son opinion.
Cela faisait partie de sa personnalité.

Mais ma plus cruelle découverte fut d'apprendre que plusieurs membres du «Québec Inc» détestaient et méprisaient Péladeau en cachette. Lorsqu'il était vivant, ceux qui ne l'aimaient pas avaient peur de son pouvoir financier et ils n'admettaient jamais leur sentiment publiquement. On le louangeait dans l'espoir de profiter de ses faveurs et surtout, de ne pas être la cible d'un magnat de la presse qui pouvait être très vindicatif. Une fois mort, ces mêmes gens n'avaient cependant plus rien à
craindre et ils n’ont plus hésiter à manifester leur dédain envers Pierre Péladeau qui avaient été, selon-eux, un personnage vulgaire et sans aucune classe.

Plusieurs dirigeants d’entreprises ou d’organisations m’ont souvent fait part de ce sentiment durant les mois qui ont suivi son décès. Jamais des gens de la classe moyenne mais toujours des intellectuels et des bien-pensants. Cela m’a surpris mais surtout profondément attristé. Même une conseillère en recherche d’emploi (Murray Axsmith) m’avait recommandé d’enlever la mention Pierre Péladeau dans mon curriculum vitae. J’avais été atterré par sa suggestion.
Bien sûr, il est normal d’avoir des ennemis et Pierre Péladeau ne se cachait pas pour afficher ses sentiments envers plusieurs plusieurs personnes. Mais de découvrir qu’autant de dirigeants
méprisaient Péladeau secrètement, j’ai été renversé de le découvrir.

Je n’ai pas l’intention ici d’en faire un débat et j’ai plutôt choisi de vous parler de six cas particuliers, parmi les plus significatifs et très notoires, concernant des amis et des ennemis de Pierre Péladeau.

PIERRE ELLIOTT TRUDEAU


Parmi ses ennemis, il y avait l’ex-Premier ministre du Canada, Pierre Trudeau (1919-2000).
Ce dernier était un personnage très particulier et on pouvait l’aimer pour son esprit brillant ou le détester pour son arrogance. Mais dans le cas de Péladeau, sa haine provenait des
années au Collège de Brébeuf où les deux hommes avaient été des confrères de collège. Il semble que Trudeau était un peu trop arrogant aux yeux de Péladeau.

Personnellement, j'ai rencontré Pierre Trudeau à quelques reprises et à chaque fois j'ai été séduit. L'homme avait du caractère mais il était brillant. Il savait discuter et il avait un charisme qui le distinguait des autres personnes dans un groupe.

Je me souviens de trois rencontres que j'ai eues avec lui. La première était dans les années 1976 à Matane en Gaspésie. J'avais à peine 20 ans et je lui avait posé quelques questions en conférence de presse. J'avais été impressionné par l'attention et le respect qu'il m'avait accordée.

La deuxième rencontre eu lieu bien des années plus tard  vers 1995 au Stade de tennis DuMaurier (Uniprix). Trudeau était un fidèle visiteur au tournoi de tennis mais un seul soir, le même à chaque année, le mercredi. Il était toujours l'invité de la compagnie DuMaurier et Imasco et j'avais pu le saluer dans la loge des invités VIP. Il était évidemment la vedette de la soirée et
tous les gens le saluaient comme s'il était un champion de tennis.

La troisième rencontre fut quelques mois avant sa mort.
Trudeau aimait marcher et on pouvait souvent le croiser sur la rue Sherbrooke. Un jour, je vois un vieil homme remonter difficilement la rue de La Montagne. Le vieil homme me regardait
sérieusement dans les yeux comme pour me signaler qu'il ne voulait pas de pitié. Nous nous sommes croisés sans dire un mot mais il y avait eu comme une communication non verbale.
Il semblait me dire : "Je sais! Je suis vieux".
Je voulais offrir de l'aider à se rendre à sa résidence située à quelques rues en haut de la côte de la rue de La Montagne mais je ne l'ai pas proposé, un peu par gêne et peut-être aussi par
respect pour sa dignité. Quelque temps plus tard, j'ai appris son décès. Pierre E. Trudeau représentait pour les Québécois de son époque l'homme public que nous aurions aimé être ou avoir comme conjoint, si vous étiez une femme. Il était riche, il avait fière allure, athlétique, intelligent, bon père de famille et séducteur.

Selon-moi, Justin Trudeau, le fils de Pierre Trudeau, est appelé à devenir un grand politicien car il a hérité des forces de son père. Il sait s'exprimer intelligemment et il aime rencontrer les gens.
Son handicap, qui est aussi son principal atout, est son nom de famille et les accomplissements de son père qui seront difficiles à surpasser. Il est possible que Justin nous déçoive sur le plan politique mais je crois qu'il faut donner la chance au coureur. Justin Trudeau a toutes les qualités pour être un grand politicien et selon moi un futur Premier ministre du Canada.

Je n’ai jamais confronté Péladeau au sujet de Trudeau et je respectais son opinion. Avec Pierre Péladeau, il fallait un peu appliquer l’adage de la mafia italienne.
« Mes ennemis sont aussi vos ennemis… »
On ne pouvait pas vraiment avoir une opinion favorable envers ses ennemis. Pour Péladeau c’était noir ou blanc. Pas de zone grise. On était avec lui ou contre lui! Si on était contre lui, il fallait simplement éviter de le confronter.

CONRAD BLACK

Un autre ennemi juré de Péladeau était Conrad Black.
Le cheminement de Conrad Black (63 ans) ressemble beaucoup à celui de Robert Campeau (84 ans).
Dans les deux cas, ce sont de puissants individus qui croyaient pouvoir toujours imposer leurs idées et gagner dans leurs projets.

Robert Campeau a joué et gagné souvent mais il a perdu son risque de 1988. L'emprunt de 7 milliards $ pour Federated Stores était financé en tenant compte d'un scénario positif. Dans le cas de la hausse des taux d'intérêt, on savait déjà avant d'acheter
que ce serait la faillite de l'empire Campeau. Il habite aujourd'hui dans un petit appartement à Ottawa. Péladeau connaissait Campeau et il compatissait avec sa situation.

Dans le cas de Conrad Black il a pris le risque de s'opposer à la Justice américaine plutôt que de laisser ses jetons sur la table. Au poker on dirait qu'il a misé contre la banque! Le pari est sans retour. Il faut certe avoir confiance en sa chance mais selon les grands joueurs, il faut toujours présumer d'un possible échec et se garder une porte de sortie.

Pierre Péladeau était ce genre de joueur prudent. Il calculait son risque et il y ajoutait toujours un scénario noir avec une porte pour sa sortie du jeu. Si le résultat était trop négatif et qu'il n'y
avait aucune sortie de secours, il n’embarquait pas dans la partie. Il me répétait souvent que son empire Quebecor avait été bâti selon cette notion de prudence et ce, malgré la légende urbaine d'un Péladeau audacieux et fonçant aveuglément. Cette légende était un autre bluff à lui...

Il n'aimait pas Conrad Black car il avait négocié avec lui dans un projet commun et il en était ressorti amer. Il considérait Black trop confiant. Il pensait la même chose de Campeau mais il avait de la sympathie pour lui contrairement à ses sentiments envers Conrad Black.
"L'affaire de Black va casser au frette... (froid)" m'avait déclaré Péladeau.
C'était en juin 1996 durant les négociations avortées pour le Toronto Sun.

L'ex-magnat de la presse Conrad Black n'est pas un idiot, au contraire, et s'il a perdu des plumes dans la poursuite de la justice américaine, même beaucoup de plumes, il s'est défendu de façon tenace. Conrad Black est un homme doté d'une intelligence supérieure et il a écrit des livres d'histoire
qui sortent des rangs. Inutile de prétendre que ceux-ci ont été écrits par des "ghostwriter" car Conrad Black aime et sait écrire. C'était d'ailleurs sa marque de commerce à Sherbrooke lorsqu'il
était co-propriétaire du Sherbrooke Record. David Radler gérait le petit journal local et Black s'amusait à parcourir le monde pour écrire des reportages qu'il publiait à Sherbrooke.
Personne ne les lisait localement mais Black se faisait plaisir et pourquoi pas, car il était le propriétaire! De plus, des chefs d'État lisaient ses textes ce qui n'est pas rien. Il en envoyait des
copies directement aux attachés politiques du président Lyndon B. Johnson, lesquels furent séduits au point d'inviter Black à couvrir leur congrès à Washington.

Conrad Black peut aussi lire un livre d’histoire de quelque 1 600 pages et il se souvient de tous les détails: dates, noms, lieux, etc. C’est un phénomène mais cela peut devenir ennuyant dans
une discussion de salon. Conrad Black est un être d'exception.
Pourquoi s'est-il retrouvé le dos au mur? Probablement parce qu'il a perdu le sens de la réalité. Le pouvoir peut aveugler et le commencement de la fin des grands hommes est toujours lorsque ceux-ci commencent à se croire invincibles. Black a cru qu'il pouvait toujours gagner mais tout bon joueur sait qu'il vaut mieux se retirer après quelques grandes victoires.

Un financier, décédé aujourd'hui, Jean-Louis Lévesque avait dit un jour à mon oncle:
"Tu sais, ce n'est pas parce que tu gagnes une fois que tu vas toujours gagner"

Conrad Black a gagné plusieurs fois dans sa vie mais il a perdu en restant trop longtemps à la table des risques. Selon moi, il se recyclera comme dans le personnage vedette du roman de Tom Wolfe: "A Man in Full". Dans ce livre, l’homme d’affaires déchu devient un leader
religieux…

LUCIEN BOUCHARD

Un autre ennemi de Péladeau était Lucien Bouchard.
Il le détestait car il considérait avoir été trahi par ce dernier.

L'autobiographie de Brian Mulroney "Mémoires" remet  en avant-scène la trahison qu'il a lui-même vécu face à Lucien Bouchard. Je connaissais les sentiments de Brian envers Lucien mais les
nouvelles preuves dévoilées dans le livre de Mulroney m’ont permis de faire un rapprochement avec un événement que j'ai personnellement observé alors que Pierre Péladeau, subissait le même traitement.

L'événement remonte en 1996, à l'occasion du Sommet économique du Québec. Pierre Péladeau ne voulait pas faire de politique mais il s'était laissé convaincre par le pharmacien Jean Coutu de participer au Sommet qu'organisait Bouchard pour relancer l'économie du Québec. Au début de la relation, Péladeau aimait bien Bouchard qu'il considérait un type sympathique et agréable. Il appréciait surtout son côté intellectuel.

L'amitié a bien fonctionné jusqu'à la fin du Sommet alors que le président des caisses populaires Desjardins, Claude Béland, a dévoilé les noms des hommes d'affaires du Québec qui prendraient la direction de divers comités de relance. Péladeau espérait obtenir celui de l'entrepreneurship car Lucien ne cessait de lui dire qu'il était un modèle à suivre pour tous les entrepreneurs du Québec. Quel ne fut pas sa déception lorsqu'il s'apercu qu'il n'était pas invité sur aucun des comités
"après-sommet". Il considéra l'insulte comme une trahison de la part de Lucien Bouchard.

Il ne lui parla plus, sauf une fois lors des inondations au Saguenay Lac St-Jean.  Il ne l'avait pas vu venir vers lui et il ne pouvait plus retourner dans la voiture. Il décida donc de le saluer mais il me confia qu'il ne fallait jamais faire confiance à cet homme.

LES JUIFS

On a beaucoup parlé de la prétendue haine de Pierre Péladeau envers les Juifs. En fait, cela est une mauvaise interprétation. Péladeau admirait les Juifs et un psychologue industriel qui analysait mon style de gestion, après mon congédiement de 1998, me dit que j’avais toutes les tendances de la
gestion juive. De toute évidence, Péladeau appliquait les principes Juifs dans son style de gestion et j’en avais capté les enseignements durant mon passage à ses côtés. On me conseillait même d’offrir mes services à des entreprises à propriété juive et que de toute évidence, j’y serai très à
l’aise et efficace.

Pierre Péladeau a été mal compris pour les propos qu'il a tenus envers les Juifs et ce sont des Québécois qui ont été la courroie de transmission dont le Magazine L’Actualité, alors dirigé
par Jean Paré (Avril 1990). Péladeau a été déstabilisé par la levée de bouclier qui a suivi le reportage de l’Actualité. Mais comment réagir lorsque vous faites un compliment qui est perçu comme une insulte? Vous êtes comme en knock-out.
Il avait voulu dire que les Juifs prenaient trop de place dans l’économie parce que les Québécois n’étaient pas assez dynamiques. Il voulait féliciter les Juifs pour leurs succès et encourager les Québécois à copier leur système.

Pierre Péladeau fut très humilié de la révolte à son égard et il n’a jamais voulu le pardonner aux Juifs.
Pierre n’oubliait pas si quelqu’un l’insultait ou l’humiliait, surtout sur la place publique.
Il rejettera les Juifs jusqu’à sa mort allant même jusqu’à demander de vérifier si les fournisseurs de Quebecor avaient des propriétaire d’origine juives…


RENÉ LÉVESQUE

René Lévesque (1922-1987) était un personnage un peu brouillon, plus ou moins proche de ses enfants et pas indépendant de fortune, pour ne pas dire sans le sou.

Péladeau adorait Lévesque qu’il considérait comme un véritable ami. Il l’a souvent reçu à sa maison dans les Laurentides et il lui a procuré un emploi lorsque Lévesque
en avait besoin après sa défaite politique. J’avais moi aussi connu Lévesque et nous partagions tous les deux, Péladeau et moi, la même admiration envers le personnage.

Mon amitié avec Pierre a d’ailleurs vraiment débuté en 1988 lorsque j’ai voulu mettre sur pied une fondation en l’honneur de René Lévesque et en particulier pour faire un musée de sa maison natale à New-Carlisle en Gaspésie, région d’où j’origine. J’avais fait des démarches avec Corinne Côté et quelques anciens ministres dont Yves Duhaime et Clément Richard ainsi qu’avec son ancien chef de cabinet, Jean Roch Boivin.

J’avais suggéré le nom de Péladeau comme président. Il avait été touché mais il préférait attendre que le projet soit plus avancé.  Mais nous avions vraiment établi un contact personnel et quelques années plus tard en 1991, il m’offrira de devenir son adjoint exécutif.


BRIAN MULRONEY

Pierre Péladeau considérait Brian Mulroney comme un ami et il lui avait même organisé des cocktails bénéfices lorsque Mulroney débutait en politique. Parfois nous parlions de Brian, Pierre et moi, et jamais il n’a eu un mauvais commentaire.

Personnelllement, j’ai bien connu Mulroney car j’ai travaillé dans son cabinet en 1984 et j’ai pu voir des similitudes entre Péladeau et Mulroney.

Les gens appuient souvent leur jugement sur la valeur de Mulroney à partir de fausses perceptions.
Brian Mulroney est quelqu'un de généreux et très fidèle en amitié. Pour le connaître véritablement, il faut lire son autobiographie où il se dévoile d'une façon intime. Ceux qui le connaissent, l’aiment et le respectent.

Dans le cas du Premier ministre, son grand talent était celui de rassembleur et surtout de grand communicateur. Vers la fin de son deuxième mandat, une sorte de fatigue médiatique s'était installée et la communication passait moins bien, mais l'année 1984 était une période d'euphorie. L'élection du 4 septembre 1984 avait procuré 211 sièges de députés sur un total possible de 282. Brian Mulroney avait su utiliser les sondages et les techniques modernes de marketing pour créer une vague de popularité à son égard. D'ailleurs, on dit que l'élection a littéralement été remportée en utilisant les médias, surtout lorsqu'il a levé son doigt à la télévision nationale devant le
Premier Ministre sortant John Turner, lors du débat télévisé, et qu'il lui a dit: "You have a choice...", en parlant des nominations politiques que les Libéraux avaient effectuées juste après le
départ de Pierre E. Trudeau.

Les années 1984 à Ottawa étaient des années d'espoirs pour l'équipe qui entourait "Brian". On voulait changer le système et gérer en utilisant les techniques de l'entreprise privée, c'est à dire, efficacité et rendement sur l'investissement. Malheureusement, le Gouvernement est un machine
lourde et le Premier ministre a vite compris qu'il fallait s'adapter au système et travailler avec les spécialistes en affaires gouvernementales plutôt qu'avec des spécialistes en redressement d'entreprises privées. On ne gère pas un Gouvernement comme on gère une grande entreprise.

J'ai toujours conservé un certain contact avec Brian Mulroney bien que je ne le fréquente pas. Je le croise, une fois ou deux par année, et on se dit bonjour. Mais je l'ai toujours admiré et je
l'admire encore. Il est un peu comme l'entraîneur d'une équipe de hockey qui aurait gagné la Coupe Stanley, dans ce cas-ci: l'élection de 1984.

Pierre Péladeau disait souvent être comme un entraîneur de hockey et que son équipe était Quebecor.
Il était derrière le banc et il motivait ses joueurs pour gagner. Péladeau et Mulroney se ressemblent
beaucoup en ce sens qu’ils sont de grands communicateurs qui aiment diriger et s’entourer d’une équipe gagnante.

Mulroney a choisi la politique et il accepta de se soumettre au bon vouloir des électeurs tandis que Péladeau voulait décider
lui-même de ses actions. Il ne pouvait accepter de se soumettre à un vote populaire.

Les deux hommes avaient également ce désir d’être reconnu comme des hommes honnêtes. Péladeau admettait être dur et parfois méchant mais jamais, répétait-il, il n’avait volé 5 cents
à quelqu’un. Mulroney lui aussi tient à son image et à sa réputation. Sa réaction face à l’affaire des billets de 1000$ est la démonstration qu’il n’est pas un voleur et qu’il a une conscience.
Brian a accepté de l’argent en comptant qu’il a reçu de
Karlheinz Schreiber et il a manqué de jugement
en l’acceptant mais il était suffisamment intelligent et au courant des lois pour arrêter juste avant de commettre un crime. Il a déclaré la somme à l’impôt et rien d’illégal ne s’est produit.







_________________________________



Chapitre 7
L'amour d'une femme
Les aventures sexuelles


La beauté

La beauté est dans les yeux de celui regarde.
Pierre Péladeau ne se considérait pas laid et s’il le pensait, jamais il ne l’avouait.

Il aimait la femme pour l’ensemble de ce qu’elle représente, physiquement et intellectuellement. Il n’aimait pas une femme trop provocante et toutes les femmes dans sa vie avaient une certaine retenue et toujours de la classe. Même chez les hommes, il appréciait le bon goût, la propreté et l’élégance.

Pierre Péladeau a été marié trois fois.

Son premier mariage avec Raymonde Chopin, le 24 mai 1954, n’était pas une alliance d’amour mais il voulait faire plaisir à son beau-père, le Dr. Chopin qui avait investi dans l’imprimerie
du Journal de Rosemont. Raymonde était une belle femme mais Pierre n’avait pas eu le coup de foudre contrairement à sa femme qui admirait Pierre. Le couple aménagea voisin de sa mère Elmire et si Pierre était amoureux de quelqu’un, c’est de sa mère. Il avouera lui-même cette situation plus tard à la fin de sa vie. La relation de protecteur que jouait Pierre avec sa mère en vint même à créer des problèmes dans le couple  et l’épouse devint jalouse de la belle mère…
Raymonde était une artiste qui aurait pu avoir une belle carrière en chant mais elle devint plutôt une épouse possessive du jeune entrepreneur à succès qu’était Pierre. Leur maison était
richement meublé et Raymonde collectionnait les œuvres d’art de peintre comme Modigliani et Chagall.
Le couple a eu quatre enfants que sont, Érik ( 24 mars 1945), Isabelle (12 septembre 1958), Pierre-Karl (16 octobre 1961) et Anne-Marie ( 29 avril 1965).

Le deuxième mariage de Pierre Péladeau fut avec Line Parisien.
Elle lui avait été présenté par une autre amoureuse de Pierre…
L’affection s’était immédiatement développé entre les deux car Line était orpheline de père et elle retrouvait chez Pierre l’homme fort et protecteur qu’elle recherchait. C’est elle qui aurait demandé Pierre en mariage, lequel fut célébré un 24 mai, comme le premier mariage, cette fois en 1979. Le couple a eu deux enfants : Esther (13 juin 1977) et Simon-Pierre
(24 décembre 1978).  Pierre et Line ont divorcé en 1985.

Le troisième mariage de Pierre Péladeau ne fut jamais officialisé et il s’agit de l’union avec Manon Blanchette, ancienne directrice au Musée des arts contemporain de Montréal. Le couple a donné naissance à un fils, Jean (22 janvier 1991).

Pierre Péladeau a toujours eu beaucoup d’aventures amoureuses et il a toujours déclaré n’avoir jamais été fidèle à aucune une femme, sauf à sa mère.

Il faut mentionner que lorsque l’on a de l’argent et du prestige, souvent ce sont les femmes qui s’offrent et font les avances. Péladeau a été riche dès le début de sa quarantaine dans les années 60 et il était une vedette au sein de la communauté montréalaise. Il frayait aussi avec le milieu du spectacle et des artistes, un secteur plus libéral que certains autres.
L’époque était aussi très libertine.

Histoires de femmes


Vers la fin de sa vie, pour Pierre, une « date » signifiait une invitation à un concert de l’Orchestre métropolitain ou un week-end dans sa maison de Ste-Adèle. Celles qui croyaient être
invitées à New-York déchantaient rapidement. On pourrait dire qu’il aimait les « cheap date », ce qui n’était évidemment pas le cas lorsque qu'il avait été plus jeune mais le vieillissement apporte aussi la sagesse et une certaine fatigue!
Mais plusieurs femmes aimaient ce genre d’attention.
Je l’ai déjà écrit, il avait à la fin de sa vie pas moins de sept relations amoureuses mais aucune en exclusivité. Il ne cachait pas qu’il avait plusieurs femmes avec qui il entretenait une relation et chacune savait quand ne pas déranger. Chacune avait commeson temps de la semaine ou du mois et les rencontres
étaient récurrentes, à condition de bien se conduire!

Une seule croyait être la femme de sa vie et elle se rendit à l’Hôtel-Dieu où Pierre était dans le coma afin de lui parler. Elle aurait dit à l’une des filles de Pierre (Isabelle), qui ne voulait pas la laisser entrer dans la chambre, qu’elle était son amoureuse.
La fille de Péladeau aurait répondu :
« L’une de ses amoureuses. »
-Non la seule! Je suis la femme de sa vie!
« Vous avez quelle âge pour croire ça madame. » lui rétorqua Isabelle.

Pierre Péladeau n’accordait jamais l’exclusivité à une femme et il considérait que c’était son droit de pouvoir recevoir l’amour et l’affection qu’il pouvait trouver. Il était cependant fidèle dans son amitié. Il voyait plusieurs femmes mais il les aimait et il les respectait toutes. Il fallait juste savoir quand c’était le tour d’une autre et pas le sien… Parfois il avait un sens de l’humour particulier. À une occasion, il invita deux de ses amies féminines à un événement public et il poussa l’audace à les présenter l’une à l’autre. Personne n’était naïf et les deux ont décidé de le laisser en plan seul sur place sans chauffeur car il était venu en voiture avec l’une des amoureuses. Il a dû en appeler une troisième pour lui demander de venir le chercher et le reconduire au condo qu’il conservait en ville.

Il invitait souvent les femmes pour leur simple compagnie car il détestait la solitude. Mais Péladeau ne forçait jamais une femme à avoir une relation sexuelle. Il demandait ou acceptait «les avances» mais jamais il ne forçait. Il me l’a dit et j’ai pu aussi le constater en personne lorsque des femmes me parlait de leur relations avec lui. J’étais souvent le confident des amantes…

Jeune fille audacieuse

Quelques fois, on a essayé de passer par moi pour se rendre à Pierre. Malheureusement pour ces femmes, il gérait lui-même son agenda social concernant ses amies féminines et même sa secrétaire personnelle n’était pas au courant de tous ses rendez-vous galants.

Je me souviens d’une étudiante, une jeune fille dans la vingtaine qui voulait obtenir un emploi d’animatrice à la télévision TQS que nous venions d’acheter (avril 1997). La jeune fille était venue
rencontrer Péladeau qui l’avait reconduit dans mon bureau… 
le signal fatal. Cette jeune fille me recontacta à quelques reprise pour s’informer du cheminement de son offre d’emploi et un après-midi elle me déclara au téléphone qu’elle voulait absolument travailler chez TQS et qu’elle était prête à compenser. Je lui ai demandé qu’est-ce qu’elle voulait dire?
« Compenser, faire profiter de mes charmes… » dit-elle.
Je lui ai expliqué que ce n’était pas la façon de procéder et que je ne pouvais rien faire pour elle mais que sa demande était bien dans le système. J’ai toujours pensé qu’elle avait une machine enregistreuse et qu’elle voulait me prendre en chantage mais je ne m’embarquais jamais dans ce genre de pots de vin, même si j’en ai souvent eu l’offre et l’occasion. Quelques mois plus tard, j’ai trouvé comique voir cette jeune femme animer une chronique durant une émission à TVA…

Toutes les femmes à qui j’ai parlé de Pierre m’on toujours dit qu’il était séducteur et audacieux mais si la femme lui disait non, il reculait. Il pouvait aussi admirer une femme qui lui disait non.
Cela devenait alors un défi. Je l’ai vu agir ainsi à quelques reprises. Tout dépendait de la façon par
laquelle il s’était fait dire non.






__________________________________

Chapitre 8

De l'imprimerie à l'Internet



L’avenir de l’empire

Pierre Péladeau avait commencé à apprendre les rudiments de l’internet et, quelques mois avant sa mort, il recevait un professeur privé dans son bureau une fois par semaine pour lui enseigner le fonctionnement de l’ordinateur. Il aimait le concept mais le seul problème était que le 13e étage, là où il avait son bureau, n’était pas câblé. Il lui fallait descendre au 10e étage où son fils Érik avait installé les terminaux de Quebecor Multimedia, une filiale expérimentale et dont le capital de risque avait été fixé à quelque 20 millions$ pour faire des acquisitions dans le secteur des technologies Internet.

Il est intéressant de noter que lorsque Pierre-Karl Péladeau est revenu de Paris, après le décès de son père en décembre 1997, il ne connaissait pas beaucoup l’Internet. On dit même que c’est sa secrétaire qui devait envoyer ses courriels.
Et dire qu’aujourd’hui il est le roi de l’Internet au Québec.

Rupert Murdoch

Mon ancien patron Pierre Péladeau se comparait souvent à Rupert Murdoch. Il aimait les journaux en papier comme Murdoch.

En 2007, on peut remarquer une grande ressemblance entre les deux empires que sont News Corp et QUEBECOR. Le magnat Rupert Murdoch a récemment conclu la transaction d'achat
de The Wall Street Journal et il a nommé les nouveaux dirigeants. Mais ce qui retient l'attention est la nomination à Londres du fils de Rupert Murdoch, James, qui devient le grand patron de toutes les activités du groupe en Europe et en Asie,
ce qui le place en ligne pour remplacer son père.
On remarque dans les deux cas, Quebecor et News Corp, que c’est le fils qui succède au père et que l’empire fait une transition vers l'Internet. James a fait ses preuves à Londres avec BSkyB, le réseau de télévision par câble.

Pierre Péladeau me raconta avoir rencontré Murdoch une fois en personne. Il disait l'avoir croisé un jour à New-York dans un congrès d'imprimeurs et il lui avait serré la main mais sans plus.
Il aurait aimé lui parler de projets, mais ils étaient dans un cocktail de congrès. Murdoch possédait plusieurs journaux et Péladeau venait d'acquérir Maxwell Graphic aux États-Unis (1990). Pierre Péladeau me confia qu'il admirait Murdoch et que si on voulait le comparer à un autre magnat, il trouvait que Murdoch lui ressemblait le plus au niveau de la vision et de l'esprit d'entrepreneur. Il me demanda même d'aller lui acheter la biographie de Rupert. (Murdoch par William Shawcross).
Il voulait s'en servir comme entrée en matière lors d'une deuxième rencontre éventuelle.

Personnellement, je suis très content que Murdoch ait remporté son offre d'achat pour Dow Jones. On dit que plusieurs employés sont inquiets! Je suis un lecteur assidu du The Wall Street Journal depuis 1980 et j'ai lu plusieurs biographies sur Murdoch. Je crois qu’il fera un excellent propriétaire.  

La création du Wall Street Journal a été l'oeuvre de deux jeunes personnes en 1882: Charles Dow (31 ans), et Eddie Jones (26 ans). Il y avait un troisième homme, un investisseur silencieux, Milford Bregstresser. Dow travaillait derrière le bureau et Jones était le plus souvent dans le bar de l'hôtel avoisinant pour obtenir les nouvelles du jour. Le concept était celui d'un bulletin d'information distribué à une centaine de courtiers au centre ville de New-York. Le bulletin a progressé et il est devenu un journal en 1889 pour être acheté en 1902, par un homme d'affaires, une sorte de Murdoch de l'époque, Clarence Walker Barron. C'est sa femme, Jessie, qui siègait au conseil d'administration.
Sa fille adoptive, Jane a marié Hugh Bancroft, de là l'héritage des Bancroft d'aujourd'hui. Ce que Murdoch vient de faire, c'est un peu ce qu'avait fait Barron au début du siècle.

LeStudio1.com est largement inspiré des chroniques quotidiennes de The Wall Street Journal et en particulier de la page une: "What's News". Des nouvelles brèves mais complètes.
J'ai découvert ce journal dans les années 1980 alors que celui-ci fêtait son centenaire. J'ai même visité les bureaux du
15 Wall Street à New-York. La formule du journal est unique
et n'a jamais pu être copiée par les autres journaux.
(Vous pouvez lire toute l'historique de The Wall Street Journal sur le site LeStudio1.com)

Facebook et MySpace

Il est difficile de dire comment aurait réagit Pierre Péladeau face au phénomène de l’Internet moderne avec les Facebook, IPOD et MySpace. Il aurait probablement aimé car il était un homme de son temps.

Selon des sondages, même le sexe et la bière arrivent derrière Facebook sur le plan de la popularité auprès des populations étudiantes. Pierre aurait compris ce phénomène...

Plusieurs personnes que je connais sont membres de Facebook dont mes deux enfants ainsi que plusieurs amis. Cela nous permet de mieux garder le contact qu'avec un courriel conventionnel ou le téléphone.

Facebook doit être efficace car il y aurait entre 24 et 30 millions de membres. Le système a été fondée qu'en février 2004, par un étudiant de l'Université  Harvard. Au départ on voulait simplement relié les étudiants du campus. L'idée a débordé et le système est rapidement devenu un réseau social mondial. On évalue aujourd’hui à 15 milliards $ la valeur potentielle des actions de Facebook. L’évaluation est faite en fonction des investissements privés pour l’achat de 1% de Facebook par
Microsoft contre une somme de 260 millions.

Les journaux en papier


L'avenir des journaux papier est sans aucun doute menacé d'importants changements. En fait, c'est le papier qui est au centre du débat. Le premier signe de cette transformation fut
d'abord la réduction dans la taille des grands journaux. On est passé au format  tabloid tandis que ceux qui étaient déjà en tabloid devenaient encore plus petits. Ensuite, tous les groupes de presse ont mis en ligne des sites internet malgré leur réticence face à cette nouveauté. Cela démontre qu'ils cèdent devant les pressions de la vague Internet. De plus, ces sites sont bien souvent un complément pour les éditions papier.

Enfin, la nouvelle tendance depuis quelques années, sont les journaux gratuits. Au départ de présentation plutôt simpliste, il semble cependant que les lecteurs adorent ce format.
Je suis moi-même surpris d'entendre des gens que je qualifierais de "snob" avouer être heureux des informations obtenues grâce à ces journaux de métro. Ces journaux sont des sites Internet sur papier. Des nouvelles brèves et des photos.

La société moderne bouge vite. Ce qui est vrai aujourd'hui dans le monde des communications ne le sera plus dans un an. La nouvelle technologie nous surprendra et elle est impossible de la prédire. Certains avancent l'idée d'un journal sur carte mémoire.
Une seule certitude: nous vivons une révolution!

L’avenir des médias

C’est à partir de Montréal que le fils de l'ex-magnat de la presse écrite, Pierre-Karl Péladeau, est en train de transformer l'industrie de la télévision canadienne. Ce défi aurait plu à son père qui déclarait souvent que ses plus beaux moments de vie avaient été passés durant ses participations dans des studios de télévision à titre d'invité.

Je me souviens même qu'un jour, alors qu'il venait d'acquérir le réseau de télévision TQS, quelques mois avant sa mort, il me dit:
"C'est comme si je rajeunissais de 10 ans avec cet achat. Nous allons avoir bien du plaisir." Il avait rêvé de Télé-Métropole mais il avait reculé car le prix de vente était trop élevé. Son fils l'a acheté plus tard dans une transaction qui aurait rajeuni son père de... 20 ans! Le fils Péladeau contrôle aujourd'hui non seulement l'un des plus grand journal montréalais mais aussi la station de télé et tout le réseau de distribution Internet de Vidéotron.
Curieusement, la station de télévision TQS que Pierre Péladeau avait acheté est sous la protection de la Loi de la faillite. (Décembre 2007 -  Voir texte chapitre 1)

Le dernier des éditeurs indépendants de magazines à grand tirage au Québec, Claude J. Charron, demeure convaincu qu'il y a un avenir dans le papier. Pour le  prouver, il investit dans divers projets dont la base est sur papier. Interrogé quant à sa motivation, Charron répond que ce n'est pas une compétition contre les autres médias qui l'inspire mais plutôt une poursuite vers des objectifs personnels, soit celui de voir le résultat de son travail sur du papier. Selon-lui, un média doit refléter l'âme de celui qui le fait et ensuite c'est au public de l'aimer ou non.
"Un éditeur échouera s'il fait son magazine uniquement pour compétitionner les autres". Pour Claude J. Charron, produire un magazine c'est aussi comme chanter une chanson.

Personnellement, je continue de lire The Wall Street Journal sur papier malgré qu’il soit accessible sur Internet. Je lis aussi Paris Match en format papier car je trouve la version l’internet moins
personnelle et trop réduite. Mais je suis aussi un fidèle adepte de sites comme Facebook, Yahoo, Dow Jones, The New York Times et plusieurs autres. J’ai également créé le site LeStudio1.com comme une sorte de plate-forme sociale.

L’avenir offre une place pour plusieurs genres de médias, qu’ils soient en papier ou virtuels. Il faut juste aimer ce que l’on fait et comme disait le chansonnier québécois Jean Lapointe:
"Chante-la ta chanson.








___________________________




Chapitre 9
La vision de Pierre Péladeau


Les rêves

Pierre Péladeau disait qu’il faut rêver et surtout réaliser ses rêves!

Personnellement, j'ai eu la chance de réaliser plusieurs de mes rêves et l’un d'eux était celui de travailler avec Pierre Péladeau. Le hasard joue toujours un rôle important dans le résultat final de la vie, mais au départ il faut rêver.
"Si on ne rêve pas, rien ne s'accomplira et on n'ira nulle part. Il faut donc penser à des projets et souhaiter pour le mieux. "me répétait souvent Pierre.

Être un acteur de sa vie

Pierre Péladeau était un acteur et il aimait avoir un public.
Son rêve était d’être applaudi par la foule.

Si j’avais à le comparer à une autre personnalité québécoise, je dirais qu’il était comme Jean Chrétien. Les deux se sont développé un rôle de «petit gars du peuple» mais ils étaient des intellectuels. (Chrétien l’est encore puisqu’il est vivant)

J'ai rencontré Jean Chrétien à quelques reprises durant sa carrière politique et j’ai même eu l’occasion de travailler avec lui à une occasion alors qu'il était le conférencier invité à un événement pour lequel j'était responsable des communications. C'était à Ottawa dans les années 1990.
Je me souviens de lui avoir demandé si son discours serait intéressant? Je sais, c'est un question idiote mais je voulais me montrer sympathique! Chrétien me sortit une coupure du magazine Reader's Digest qu'il avait dans sa poche de chemise et il me dit: "Ça va dépendre de la foule. Si elle répond, je vais en mettre, mais on va voir. C'est la foule qui va décider. Ça peut durer 5 minutes comme ça peut durer 1 heure. "
Il avait parlé presqu'une heure et il avait sorti son petit bout de magazine pour le montrer aux congressistes. Un grand orateur qui était aussi un acteur. Il savait lire la foule et s'amusait avec e
lle comme un chanteur sur la scène.

Pierre Péladeau était comme Jean Chrétien et il aimait parlé à son public. Il écrivait cependant ses discours car il n’avait pas la vivacité d’esprit pour penser sur ses pieds comme le font les avocats. Péladeau devait réflichir à ce qu’il voulait dire.


Qui est un journaliste?

La question de l’heure, autant au Québec qu’ailleurs dans le monde :« Qui est un vrai journaliste ? Est-ce que celui qui a un blog est un journaliste a même titre que celui qui écrit pour un média conventionnel?»

Pierre Péladeau disait qu’un bon journaliste est quelqu'un qui peut faire passer son message. Il détestait les gens qui se limitent par des structures trop sérieuses et il savait reconnaître le talent. Pour lui, un grand journaliste devait pouvoir s'exprimer clairement. Il considérait que Jacques Beauchamp était un grand journaliste tout comme René Lévesque. Dans l’esprit de Péladeau, la communication devait aussi être locale si on veut intéresser son public. Je lui produisais une revue de presse quotidienne et un jour j’ai commencé à y inclure des textes concernant la politique internationale. Il surgit dans mon bureau immédiatement et il me dit: « Ces sujets internationaux, enlève-moi ça de la revue de presse. Tout de suite!»

Avec l’Internet, la communication a subi une véritable transformation et cet outil a réduit le monde à un grand village. Le monde est devenu un village global. L'international est devenu local mais le débat se poursuit toujours quant à vraiment déterminer la façon d'exploiter Internet selon son véritable potentiel. Local ou International? Voilà la question.
 
Si cela peut être considéré comme une indication, Facebook, qui est plus local que MySpace, devient de plus en plus le favori des internautes.
Notre époque est comparable à celle de Gutenberg qui avait inventé l’imprimerie. D’ailleurs, on dit que les deux catégories de sites Internet les plus fréquentés actuellement sont les sites religieux et pornographiques. Des sujets on ne peut plus locaux!
C'est justement la religion qui avait permis à l’imprimerie de se développer. Les religions, qui ont longtemps dirigé le politique, ont connu leur essor lorsque l’on a pu faire circuler les textes saints.

Au Québec, le débat autour du statut de journaliste est relié à la reconnaissance d’une sorte de statut officiel. L’association regroupant plusieurs journalistes semble vouloir se réclamer un droit de déterminer qui est ou non « journaliste ».
Claude J. Charron comparait le journalisme à la chanson.
Peut-on empêcher un chanteur de chanter sinon cesser de l’écouter s’il est mauvais et qu’il ne sait pas chanter?
Croire à un statut de journaliste c'est comme vouloir décider qui a le droit de chanter ou d’écrire. Il faut réentendre la chanson de Félix Leclerc : « CONTUMACE ».

Lorsque j’ai débuté en journalisme, en 1976 à l’Assemblée nationale du Québec, René Lévesque, qui était Premier ministre m’avait dit : « Le journalisme c’est la démocratie pure et sans démocratie, il n’y a pas de liberté. Il faut aussi une vocation pour être un bon journaliste sinon on devient un simple ouvrier... »
On ne peut pas apprendre à faire de la politique ni à être journaliste comme on devient plombier ou menuisier. Il faut avoir la vocation!

Je dois vous mentionner que je boycotte un peu la Fédération professionnelle des journalistes du Québec car lorsque j’ai créé LeStudio1.com, en mars 2005, les dirigeants de cette fédération furent les premiers, et les rares, à m’aviser que l’on ne voulait pas recevoir le magazine courriel. Imaginez l’insulte pour moi, un vrai journaliste! Ce sont des gestes de ce genre qui vous font perdre la vocation et changer de religion. Pierre Péladeau serait entièrement d'accord avec moi!

 








                                 


_______________________________________


Chapitre 10
Anecdotes et autres secrets...

Les secrets

Pierre Péladeau n’était pas sans tâche car personne n’est blanc comme neige.

On dit qu’il aurait même commis des gestes qui auraient pu le conduire à
la prison si les autorités l’avaient su. Mais cela ne s’est jamais produit. Il racontait lui-même, à la blague, l'anecdote de l'époque où il avait vendu de la bière lorsqu'il gérait le terrain de tennis à Outremont sans que
les policiers installés juste à côté ne réussissent jamais à l'attrapper.
Péladeau aimait provoquer l'autorité mais jamais au delà de sa chance
et il savait reculer devant le danger. S’il provoquait, il était aussi assez intelligent pour ne pas s’acharner. Il savait quand s’arrêter!

Il n'y a pas une semaine sans que les médias ne dévoilent que nos croyances sont erronées. Une vedette de notre société est accusée d'un crime quelconque. Une personne est un jour le pilier de sa communauté et elle devient subitement un symbole d'échec le lendemain. Celui ou celle que l'on croyait être notre allié est dans les faits notre ennemi et il nous déteste profondément. Mais comme dit une amie à moi, ce serait une guerre perpétuelle avec nos voisins ou collègues si on apprenait sur le champs tous les divers crimes, mensonges et trahisons qui nous entourent.
Il vaut donc mieux ne pas les connaître et apprendre à apprivoiser les côtés noirs de la vie, comme les bons côtés, à petites doses et découvrir au quotidien notre lot de joie et de déception.

Plusieurs personnes de renom me demandent souvent de leur raconter de possibles scandales impliquant Pierre Péladeau. Certains sont allés jusqu'à me confier certains secrets qu'ils connaissaient. Un policier, qui semblait savoir des choses, m’a même expliqué que parce qu’il était mort et qu'il était admiré par le peuple québécois, il est probable que les autorités étouffaient des affaires concernant Péladeau. Pourquoi détruire une icône qui est morte mais qui continue d’inspirer
le peuple? Lorsque la population déteste quelqu'un, on peut se servir de secrets pour obtenir des gains en popularité mais autrement, être un messager de mauvaises nouvelles concernant quelqu'un
qui est une icône n'est jamais très payant, surtout après son décès.

Pierre Péladeau fait partie de l'histoire du Québec au même titre que les Maurice Richard, Félix Leclerc ou René Lévesque. Il est le premier francophone dont le succès financier s'est imposé au delà des frontières habituelles. L'establishement était peut-être jaloux de son succès, comme
certains artistes et experts jalousaient Félix, mais Pierre Péladeau est aujourd'hui l'idole d'un peuple.

Je n’ai donc pas l’intention de vous dévoiler les scandales que Péladeau
aurait pu commettre. À quoi bon détruire une idole qui fut mon ami?
Je vous donnerai plutôt quelques commentaires face à des situations qui existent encore aujourd’hui et qui sont devenues, dans certains cas,
des scandales…

LES SCANDALES
SPORT, SEXE ET SANG

On dit que Péladeau favorisait le journalisme jaune, c’est à dire « sport, sexe et sang » Peut-être au début de sa carrière mais à la fin il se ralliait aux décisions de ses directeurs. Je me souviens d’un projet de magazine à caractère sexuel. Il croyait qu’il y avait un créneau pour un magazine sur les relations sexuelles. Il voulait aussi publier des livres pratiques sur le sujet. Il m’envoya quelques auteures « du genre érotique » qui me présentèrent leurs manuscrits, certains avec photos, mais ça bloquait au niveau des dirigeants en filiales. Pierre ne força pas la note et
il abandonna l'idée.

GUY CLOUTIER

Pierre Péladeau détestait Guy Cloutier et je crois qu’il le savait pour Nathalie Simard. Pas les abus comme tel, mais la relation sexuelle consentante avec l’artiste. Puisqu’il possédait Échos Vedettes,
le milieu artistique n'avait pas de secret pour lui.

Il m’a souvent dit que Cloutier était sans conscience et qu’il savait des choses à son sujet qu’il préférait ne pas me dévoiler.

Il avait travaillé très étroitement avec ce dernier au début de la carrière de l’imprésario mais il s’en était éloigné vers 1990, en mentionnant comme raison une affaire d’avance sur ventes de disque que Cloutier ne voulait pas rembourser à Quebecor. Mais la vraie raison était plus profonde.

Il avait même donné des consignes afin d’interdire, dans la mesure du possible, les reportages au sujet des divers projets artistiques de Guy Cloutier dans les journaux de Quebecor. Cela a d’ailleurs causé
problème lorsque Quebecor a acheté Archambault Musique puisque qu’Archambault avait plusieurs collaborations en cours avec Cloutier. Péladeau s’est laissé convaincre d'oublier son embargo mais uniquement
à cause de l’ampleur de la transaction et de sa signification pour
Quebecor.

PRÊTS D’ARGENT AUX ARTISTES

Pierre Péladeau a souvent prêté de l’argent à des artistes dans le besoin.
Il s’attendait à une sorte de reconnaissance de la part de ces derniers et dans la mesure du possible, au remboursement de la dette.

Il prêtait encore de l’argent quelques mois avant sa mort et souvent c’est moi qui recevait les demandes de prêts que je lui transmettais. Il me retournait celles qu’il ne voulait pas appuyer et il conservait uniquement
les lettres des gens qu’il aidait.

D’ailleurs nous avions établi une consigne. S’il venait dans mon bureau accompagné de gens et qu’il me les présentait en disant :
« Monsieur Bernard occupez vous de ces gens.», cela signifiait que je devais trouver une excuse pour que Quebecor ne les appuie pas. Lorsqu’il appuyait un projet, il venait me voir seul en disant de faire
un chèque.

Souvent les gens qu’il aidait considéraient l’aide comme un dû. Cela me choquait et je le mentionnais à Péladeau qui me répondait qu’il n’était pas naïf.

Je me souviens d’une grande vedette québécoise dont l’enfant était également une artiste. Péladeau m’avait interdit d’inviter ces deux personnes (fille et mère) à tous les événements qu’il organisait, comme son Pow Wow annuel, ou encore à son Pavillon des arts. J’étais surpris
d’une telle interdiction et je lui en ai demandé un jour la raison?
« J’ai prêté 10,000$ à sa fille et elle ne m’a jamais remboursé une fois qu’elle a fait de l’argent et qu’elle pouvait me payer. Cette personne n’est pas fiable » me dit Pierre.

J’ai été choqué lorsque Pierre Péladeau est décédé et de voir cette même personne devenir très proche de l’empire Quebecor et de s’afficher comme étant une grande amie du fondateur. Je savais le contraire…

RENÉ ANGÉLIL

Il était jaloux de René Angélil et je crois qu’il aurait aimé connaître son succès en tant qu’imprésario. Il avait d’ailleurs débuté dans ce domaine mais il avait dû abandonner lorsque ses artistes n’étaient pas rentables. C’est par la suite qu’il acheta le journal de Rosemont qui était pour lui une façon honorable de gagner sa vie mais ce n’était pas sa passion.

LES CADEAUX

Pierre Péladeau recevait des quantités de cadeaux. Il en conservait très peu et il les redonnait, soit à ses amis ou à ses employés ou encore il les mettait en vente dans ses encans bénéfices comme celui d’Ivry sur le Lac. (Pavillon d’aide contre la dépendance à l'alcool et à la drogue)
Des toiles d’artistes peintres plus ou moins connus, des pièces d’artisanat et surtout des fleurs. Il recyclait les fleurs en les apportant à des malades qu’il allait visiter ou il les offrait à ses blondes…

LE POUVOIR DE MAGNAT DE LA PRESSE

Pierre Péladeau ne pouvait pas vraiment empêcher un journaliste d’écrire sur un sujet à cause du syndicat. Mais il pouvait suggérer des reportages qui n’aurait jamais été choisi par le chef de pupitre. C’était une forme d’aide de sa part envers des gens ou des causes qu’il considérait valables.

PAUL DESMARAIS SR.

Pierre Péladeau admirait Paul Desmarais mais il ne pouvait pas accepter ni comprendre que ce dernier soit respecté par l’establishment financier alors que lui, il était souvent considéré comme un peu bouffon et manquant de classe! Pourquoi? Paul Desmarais pouvait être aussi rude et vulgaire que lui. « Qu’est ce que Desmarais fait et que je ne fais pas? » demandait-il souvent. Il enviait aussi les liens familiaux solides qu’avait établis Desmarais avec ses fils.







________________________________



CONCLUSION


La vie est comme une pièce de théâtre et Pierre Péladeau se disait un acteur. Il avait inventé sa vie et le public avait bien répondu.

Personne n'est aussi bon ni aussi mauvais que l'on croit et Pierre le savait. Il a été un individu chanceux, qui avait une détermination et qui travaillait fort lorsque nécessaire.

J'aime beaucoup cette phrase du théâtre de Shakespeare que j'applique à Pierre Péladeau:
"Il existe une vague sur l'Océan de la vie, laquelle si elle prise au bon moment au rivage conduira le navire vers des terres nouvelles et remplie de promesses."

À la fin de son voyage, Pierre Péladeau disait avoir réaliser tous ses rêves sauf celui d’être heureux. C’est un énoncé cruel mais il le répétera quelques mois avant sa mort lors d’une entrevue
avec Pierre Maisonneuve de RDI (Radio-Canada) :
« J’ai réussi dans la vie mais j’ai échoué ma vie… »

Le navire de Pierre Péladeau a connu un voyage captivant et il a affronté plusieurs tempêtes
et réussit plusieurs conquêtes. Il est aujourd’hui de retour et ancré dans le port des souvenirs.
Il a le repos bien mérité du grand voyageur qui fut un leader et une inspiration pour les siens.



Dédicace de Pierre Péladeau à Bernard Bujold (1995)

Couverture du livre Pierre Péladeau cet inconnu ( Partie 1)
Lien Pierre Péladeau cet inconnu (Partie 1)

                                    -30-
                                  
__________________________________________


Aucun commentaire:

Publier un commentaire